Le service Good Foot Delivery avance à grand pas en utilisant GO Transit

Au centre-ville de Toronto, il n’est pas rare de voir des cyclistes en tenue d’élasthane fournir un service de messagerie prioritaire et parcourir ainsi la ville pour livrer des documents d’une tour de bureaux à une autre. Ailleurs, c’est souvent un grand camion d’entreprise qui se rend d’un parc commercial à un autre pour livrer des paquets en de courts arrêts.

Il existe toutefois un autre type de service de messagerie prioritaire qui gagne en popularité. Il sous-entend des déplacements à pied et l’utilisation du transport en commun pour assurer le ramassage et les livraisons.

L’entreprise sociale Good Foot Delivery offre ce type de service, mais elle fait plus que cela : elle présente des possibilités d’emploi à des gens vivant avec une déficience développementale.

« Nous nous considérons à la fois comme une œuvre de bienfaisance et comme une entreprise, explique Ryan Hollinrake, directeur général de Good Foot. Ces deux aspects de notre organisation vont systématiquement de pair. L’un ne peut fonctionner sans l’autre. »

À titre d’œuvre de bienfaisance, Good Foot réussit à verser 100 % des montants reçus des clients dans les salaires des employés. En tant qu’entreprise concurrentielle, l’organisation voit à offrir un service attrayant à divers clients.

Si au départ l’entreprise visait comme marché le centre de la ville de Toronto, en travaillant avec Metrolinx, elle est parvenue à étendre ses services à l’ensemble de la région du grand Toronto et de Hamilton.

« Sans l’appui de GO, il nous aurait été impossible de servir des clients à Oakville, à Burlington et à Barrie, notamment », précise Ryan.

Généralement, les employés aiment prendre GO Transit. « Chaque fois qu’un parcours GO existant facilite les déplacements, nous l’utilisons, poursuit le directeur général. Parfois, cela se traduit par un trajet en train de GO, à d’autres moments, c’est en autobus de GO. Nos employés aiment d’ailleurs beaucoup prendre l’autobus. »

Même au sein de la ville de Toronto, les employés ont commencé à combiner des trajets avec GO à des trajets avec la TTC pour réduire le temps de déplacement. « Nous avons également utilisé UP Express pour aller à la gare de Bloor ou de Weston à Toronto – cela permet habituellement de gagner du temps. »

En 2015, Metrolinx a décidé d’appuyer les efforts de bienfaisance de Good Foot en offrant au personnel de l’entreprise l’accès gratuit aux services GO et UP, diminuant ainsi les coûts d’exploitation de l’organisation et contribuant au versement de tous les montants perçus dans les salaires des employés. En retour, Good Foot remet à Metrolinx des rapports sur les expériences de ses employés en transport en commun. Si le personnel est relativement satisfait de l’accessibilité des services GO et UP, ces rapports fournissent aussi de précieux renseignements sur certaines lacunes du réseau de Metrolinx quant à l’accessibilité, renseignements qui seront pris en compte dans les décisions futures.

« Les communications de Metrolinx sont généralement bonnes, mais quand elles sont déficientes, cela entraîne souvent de gros problèmes pour nos employés. »

Que suggère particulièrement Good Foot à Metrolinx? « Accroître la fréquence du service! »

 

Voilà un aspect sur lequel Metrolinx travaille déjà et qui permettra d’assurer des livraisons rapides, à temps.