L’amour sur le GO : l’histoire d’un couple qui a trouvé l’amour sur un quai de train

Ils ont pris le train à destination de l’amour : un couple de Toronto qui a trouvé l’amour sur GO se prépare à dire « Je le veux »

Elle utilisait le transport en commun et s’était éprise d’un homme mystérieux qui attendait sur le quai de train GO.

Chaque matin, Jen Armel ne pouvait s’empêcher de le fixer.

Cependant, Jonathan Slobodsky, l’homme inconscient de l’émoi qu’il suscitait, était toujours en train de fixer son téléphone.

Il est tout à fait logique que cette histoire d’amour naissante se soit déroulée à la gare Exhibition de GO Transit, qui porte bien son nom.

« Il était grand, il était beau », s’exclame Mme Armel en riant. « Il avait un je-ne-sais-quoi qui m’attirait vers lui. »

Trois ans plus tard, elle s’apprête à épouser celui qu’elle a surnommé « l’homme du train » à ses amis.

« Je l’avais remarqué dans le train de Lakeshore West et je continuais de l’y voir », dit-elle. « Un jour, il n’est pas venu et je ne l’ai plus revu. »

Elle a parlé à ses amis de « l’homme du train » et s’est demandé si elle avait peut-être raté sa chance.

Puis, un soir, environ cinq mois après l’avoir aperçu pour la première fois, elle a remarqué qu’un ami l’avait ajouté sur LinkedIn.

« J’ai cliqué sur son profil pour en savoir plus sur lui », explique Mme Armel. « Par la suite, j’ai enfin eu le courage de lui envoyer un message sur Facebook. »

Slobodsky ne connaissait pas Jen Armel mais les deux ont commencé à parler. De leur conversation s’en est suivi un rendez-vous au cinéma.

« Et on connaît la suite », a déclaré Mme Armel.

Slobodsky a demandé sa douce en mariage le 20 janvier dernier.

« C’est plutôt drôle », dit M. Slobodsky au sujet de son surnom. « Je pense que c’est un surnom qui restera avec moi longtemps. »

Pour souligner l’endroit où leur relation a pris naissance, le couple a pris cet automne des photos de fiançailles sur le quai de train GO à la gare Union.

Mme Armel dit que leur amour est la preuve à tous les passagers que tout peut arriver en transport en commun.

« Je pense que les gens devraient lever les yeux plus souvent de leur téléphone et faire attention à ce qui se passe autour d’eux parce qu’ils pourraient rencontrer leur propre “homme ou femme du train”… on ne sait jamais », a-t-elle dit.

Le couple a l’intention de sceller son union en septembre prochain à Stouffville.