Metrolinx envisage de permettre aux chiens de voyager à bord de GO de manière permanente

Nom d’un chien! Cinq mois après le lancement du projet pilote permettant aux chiens en laisse d’accompagner leur maître à bord de trains et d’autobus de GO, les résultats sont arrives!

Tess Fleming est une passagère GO exemplaire.

Elle est petite, bien élevée, aime bien s’asseoir tranquille et ne met jamais ses pattes sur les sièges.

Tess, un berger australien miniature de deux ans, voyage à bord des trains de GO avec sa maîtresse, Kimberly Fleming, depuis juillet dernier, lorsque Metrolinx a lancé son projet pilote permettant aux chiens de voyager à bord des trains et autobus de GO.

Lors du projet pilote, les passagers pouvaient voyager avec deux chiens.

Le conseil d’administration de Metrolinx décidera maintenant s’il désire adopter cette mesure de manière permanente.

Tess, berger australien miniature, attend de mettre les pattes à bord d’un train de GO à Port Credit. Tess et son humaine, Kimberly Fleming, ont lancé une pétition pour permettre aux chiens en laisse de monter à bord des trains et autobus de GO. (Photo par Amanda Ferguson)Tess, berger australien miniature, attend de mettre les pattes à bord d’un train de GO à Port Credit. Tess et son humaine, Kimberly Fleming, ont lancé une pétition pour permettre aux chiens en laisse de monter à bord des trains et autobus de GO. (Photo par Amanda Ferguson)

Dogs on trains 2 - Copy
Tess, berger australien miniature, attend de mettre les pattes à bord d’un train de GO à Port Credit. Tess et son humaine, Kimberly Fleming, ont lancé une pétition pour permettre aux chiens en laisse de monter à bord des trains et autobus de GO. (Photo par Amanda Ferguson)

Le tout a vraisemblablement commencé grâce à Tess.

« Les gens veulent la caresser. Ils l’aiment », indique Mme Fleming, en parlant de Tess. « Nous disons toujours bonjour à l’agent du service à la clientèle et celui-ci vient toujours la caresser, lui parler et me dire à quel point elle est jolie. »

Avant juillet, tous les animaux qui voyageaient à bord de GO Transit devaient être dans une cage, y compris les chiens.

Mme Fleming, retraitée habitant à Port Credit avec son mari, a déclaré qu’il était très difficile d’aller voir sa fille en famille. La fille de Mme Fleming habite au centre-ville de Toronto avec son chien, un berger australien aussi. Cela signifie que la voiture était la seule option envisageable pour que les deux chiens et leurs trois humains puissent se voir.

« Durant le week-end, elle ne pouvait pas venir nous rendre visite en voiture, puisqu’elle habite dans un condo au centre-ville et qu’elle n’a pas de voiture », indique Mme Fleming.

En août 2017, cette dernière a donc lancé une pétition en ligne pour demander à GO Transit de revoir sa politique. En quatre semaines, la pétition a permis de recueillir plus de 26 000 signatures.

En réponse à cette demande, Metrolinx a lancé un projet pilote en juillet 2018 permettant aux chiens en laisse d’accéder au premier niveau des trains et des autobus de GO hors des heures de pointe.

Metrolinx indique que la réponse à son projet pilote était positive. Environ 80 % des clients des trains de GO et d’UP Express ont indiqué qu’ils étaient satisfaits ou neutres par rapport aux chiens à bord.

Un rapport présenté au conseil d’administration recommande maintenant que Metrolinx adopte cette politique de manière permanente.

Si le conseil d’administration est d’accord, Metrolinx suivra les traces d’autres sociétés de transport, comme la TTC, Brampton Transit et York Regional Transit. Les chiens en laisse sont permis à bord de leurs véhicules depuis des années, et ce, sans problème.

De juillet à novembre seulement, seulement deux incidents de chiens ayant fait leurs besoins ont été signalés à bord des autobus ou trains de GO. Aucun coût supplémentaire n’a été engagé pour le nettoyage.

Mme Fleming pense que la politique est favorable pour le réseau de transport en commun au complet, puisque les gens délaissent leur voiture.

« Je suis très satisfaite de Metrolinx », a-t-elle affirmé. « Metrolinx s’est attardée au problème et n’a pas ignoré la question. La société a dit qu’elle se pencherait sur la question et l’a réellement fait. »

Metrolinx envisagera de changer sa politique concernant les animaux à bord lors de la réunion du conseil d’administration du 6 décembre. Pour consulter l’ordre du jour et les rapports associés, veuillez cliquer ici.

D’ici là et peut-être à l’avenir, Tess continuera à voyager à bord de GO Transit.

(article par Amanda Ferguson, conseillère principale, Relations avec les medias)