Venir à bout de la terre, de la poussière et des débris laissés derrière lors des travaux essentiels liés au transport en commun – Voici comment Metrolinx fera face aux contaminants des projets d’expansion de GO dans votre quartier.

Tout en se préparant à mettre en œuvre le plus imposant projet d’expansion de transport en commun de l’histoire du Canada, Metrolinx propose des solutions pour gérer les répercussions de la construction sur les communautés ontariennes. Ici, nous creusons à fond dans les détails – sans trop nous salir les doigts – de ce qui deviendra un réseau de transport en commun amélioré.

Vous souvenez-vous lorsque vous avez acheté une nouvelle cuisinière et ce que vous avez découvert derrière l’ancienne lorsque vous l’avez retirée?

Ou lorsque vous avez décidé de changer le robinet de votre salle de bain et qu’il vous a fallu en fin de compte le démembrer complètement?

Il arrive souvent que les projets de rénovation et de modernisation soient au départ chaotiques avant de devenir harmonieux.

Alors, imaginez que vous entreprenez le plus grand projet d’expansion du transport en commun qu’a connu ce pays. Bien évidemment, il y aura de la poussière et de la boue qui s’accumuleront.

C’est pourquoi Metrolinx dresse un plan de contrôle et d’atténuation détaillé dans le cadre du contrat du projet d’expansion de GO et collabore avec des entreprises en vue de gérer les répercussions du projet et d’assurer la sécurité de tous autour des chantiers ainsi que dans les communautés environnantes.

Dans le cas présent, nous analyserons les éléments permettant de dresser ce plan.

Dans un monde idéal, nous pourrions simplement transposer des projets clés en main directement à l’endroit voulu et ainsi éviter à tout le monde le trouble et les maux de tête qu’ils engendrent. Toutefois, bâtir l’imposante infrastructure que représente le projet d’expansion de GO, comme les sauts-de-mouton, les longs tronçons de nouvelles voies et les installations de remisage et de maintenance, nécessite de grands travaux dans l’ensemble du réseau GO. Il faut également prévoir des zones de remisage des matériaux, de préparation en vue de la construction et d’entreposage qui serviront pendant longtemps.

La plupart des travaux se dérouleront à l’intérieur des corridors ferroviaires et une partie, autour des communautés avoisinantes ainsi que sur leurs artères, c’est-à-dire les routes et les passages à niveau. Pour couronner le tout, ces travaux sont en grande partie prévus en tenant compte du service ferroviaire déjà achalandé.

Image 1
En quoi consiste une « zone d’entreposage »? Ce sont des sites où l’on entrepose l’équipement et les matériaux de construction ainsi que les autres fournitures et où l’on assemble les petites composantes de projets à grande échelle. Habituellement, ces sites sont à proximité ou à côté des chantiers pour en faciliter l’accès.

Étant donné que l’adage « Planifier permet d’accomplir la moitié du travail » demeure vrai pour tout ce qui touche la construction, Metrolinx prévoit des solutions pour réduire les répercussions du programme d’expansion de GO sur les secteurs environnants.

L’agence de transport fait toujours de son mieux pour entretenir de bonnes relations de voisinage, mais l’ampleur et la complexité de l’expansion de GO nécessitent l’adoption d’une démarche uniforme s’appuyant sur les expériences passées.

La majeure partie des travaux de la prochaine phase de l’expansion de GO sera réalisée par le soumissionnaire retenu pour l’approvisionnement pour les travaux sur le corridor qui est actuellement à l’étape des marchés de la demande de propositions (DP) du processus de soumission. Metrolinx définira les limites d’exposition au bruit et aux polluants à court terme et veillera à ce que le soumissionnaire retenu élabore une stratégie détaillée de gestion de la construction afin de s’y conformer.

Ces exigences feront partie des ententes de projets entre Metrolinx et le soumissionnaire retenu qui régiront le processus de construction. Cela se traduira par la mise en place d’une liste exhaustive de pratiques exemplaires de l’industrie permettant de prévoir, de suivre, de gérer, de signaler et de minimiser les répercussions des travaux de construction.

Le niveau de détail et d’attention dans la planification proactive de cette approche surpasse ce qui s’est fait jusqu’à maintenant dans les contrats de construction antérieurs.

Matt Clark, chef responsable des immobilisations de Metrolinx, sait à quel point il est important de faire tout ce qui est possible pour être au fait des répercussions des projets sur le voisinage.

« Je suis convaincu qu’un bon entrepreneur réalise non seulement des projets à temps et selon le budget, mais également qu’il accomplit le travail de la bonne façon », a affirmé M. Clark. « Pour moi, cela veut dire une bonne préparation et l’adoption de pratiques exemplaires qui contribueront à réduire les risques environnementaux et à limiter les effets sur les communautés et les zones naturelles. »

Image 2
Entrée dégagée d’une zone de remisage des matériaux avec signalisation claire et clôture dotée d’un grillage protecteur.

Metrolinx passera d’abord en revue tous les futurs sites de remisage et de préparation ainsi que les chantiers de construction pour déterminer les lieux potentiellement vulnérables aux alentours comme les résidences, les hôpitaux, les écoles et les habitats sauvages à protéger des activités de construction.

Ensuite, elle collaborera avec le consortium retenu pour décider des meilleures routes de camionnage, entrées et sorties de sites ainsi que leurs configurations. Les entrepreneurs du consortium devront ensuite mettre tout en œuvre pour respecter les méthodes de construction et les techniques de manipulation et de transfert des matériaux rigoureuses pour minimiser les vibrations et les répercussions sur la qualité de l’air dans ces lieux vulnérables avoisinants.

Auparavant, nos entrepreneurs assuraient le suivi de la vibration découlant des travaux dans le seul but d’évaluer s’il s’agissait d’une cause aux dommages physiques sur les structures. Désormais, nous exigerons de surveiller les vibrations afin de protéger le bien-être de la population également. Voilà une manière de faire bien différente de ce que l’on faisait avant.

Voici la longue liste des méthodes appliquées :

  • Adopter des limites d’exposition détaillées au bruit, aux vibrations et à la pollution atmosphérique.
  • Réduire la congestion routière en diminuant la durée des perturbations de la circulation grâce à une hausse des taux de production et de la fabrication hors site.
  • Installer des clôtures, des courtines, des bâches et de la signalisation pour s’assurer que toutes les activités liées à la construction sont confinées aux endroits désignés et que le public est protégé.
  • Employer des enceintes, des parements, des pare-vents ou la végétation existante pour protéger les matériaux du vent ou appliquer des agents chimiques de stabilisation ou de l’eau sur la surface des piles de matériaux remisés.
  • Ajouter de l’eau à la terre au plus 15 minutes avant de la déplacer et utiliser des matériaux de stabilisation pour le chargement, le transport et le déchargement.
  • Diminuer la manipulation des matériaux, surtout par temps venteux.
  • Utiliser de l’eau et appliquer des techniques de dépoussiérage pour réduire la poussière lors de la coupe, du broyage et du perçage.
  • Avoir recours si possible à des matériaux et des composants prémélangés, prémoulés et préfabriqués.
  • Passer l’aspirateur dans les chantiers et les routes d’accès et nettoyer à l’eau fréquemment.
  • Stabiliser toutes les zones de circulation et de stationnement hors route ainsi que les routes de camionnage.
  • Appliquer et entretenir les améliorations protectrices apportées à la surface des routes non asphaltées et asphalter les routes d’accès, si possible.
  • Diriger la circulation en lien avec les travaux sur des routes de camionnage déjà établies, si possible.

Image 4

  • Utiliser un dispositif pour enlever la saleté des pneus, comme des plaques anti-boue, à l’intersection des routes d’accès non asphaltées et des routes asphaltées; retirer la saleté et la boue accumulée sur les roues des véhicules et de l’équipement.
  • Réduire l’utilisation de l’équipement au diésel ou à l’essence et utiliser l’équipement électrique, si possible.
  • Attester si possible l’équipement quant à sa conformité aux normes d’émission du bruit et des polluants et entretenir l’équipement ainsi que ses systèmes de contrôle des émissions en fonction des spécifications du fabricant.
  • Limiter le tournage à vide des moteurs d’équipement et des véhicules, si possible. 

Chaque chantier, site de remisage et site d’entreposage sera choisi et géré au cas par cas, notamment en surveillant la qualité de l’air et l’exposition au bruit et aux vibrations en continu et en temps réel.

Metrolinx examinera et approuvera le plan d’action de chaque site et suivra régulièrement les activités qui s’y déroulent avec l’aide de spécialistes professionnels en gestion de la qualité de l’air à temps plein jusqu’à la fin de l’utilisation du site. À ce moment-là, le terrain sera remis à son état d’origine.

Il ne s’agit là que de quelques-unes des méthodes pour gérer les répercussions des émissions de la poussière, du bruit et de la lumière générées par la construction et pour assurer la sécurité de tous sur les artères de circulation des véhicules, des piétons et des cyclistes lors de l’expansion de GO.

Établir des limites d’exposition au bruit et à la pollution atmosphérique, des limites plus rigoureuses en matière d’émission du bruit, des exigences sur le suivi du bruit et de la qualité de l’air, des directives détaillées sur la conception de plans de gestion de la qualité de l’air, du bruit et des vibrations, et une liste claire des pratiques exemplaires fait partie de l’approche améliorée de Metrolinx quant aux travaux de construction. Les grands projets entraînent bien souvent son lot de saleté et de poussière – pensez seulement à ce que vous avez vu derrière l’ancienne cuisinière –, mais Metrolinx s’efforce de mettre un peu d’ordre dans ce chaos.

Pour de plus amples renseignements sur le programme d’expansion de GO, veuillez consulter Metrolinx.com/expansionGO.

Rendez-vous à metrolinxengage.com/fr pour en savoir plus sur la consultation publique au sujet du programme d’expansion de GO.

Article de Robert Pasiak, conseiller principal de Metrolinx, Communications et relations communautaires.