Assurer des « liaisons étroites » : la chef de file du Mois de l’histoire des Noirs au Canada parle de l’importance des transports en commun

Jean Augustine, première femme noire députée à la Chambre des communes au Canada, a récemment participé à un évènement interne de Metrolinx, organisé pour célébrer le Mois de l’histoire des Noirs. Au cours de celui-ci, elle a évoqué un certain nombre de problèmes majeurs, en abordant une grande variété de sujets, du racisme systémique aux micro-agressions, ainsi que le rôle des transports en commun pour les communautés marginalisées.

« L’importance du transport en commun ne saurait être sous-estimée » a souligné la pionnière Jean Augustine à un auditoire composé d’employés de Metrolinx.

Augustine a été la première femme noire élue au Parlement en 1993. Puis, plus tard, en 1995, elle a dirigé le projet de motion pour obtenir la reconnaissance officielle du mois de février comme Mois de l’histoire des Noirs. Elle s’est récemment adressée à une audience virtuelle de plus de 500 employés de Metrolinx.

Ayant utilisé elle-même les services de la TTC pendant des années, elle a été très claire : sans un bon système de transport en commun, les gens ne peuvent pas se rendre au travail, et plus important encore, ils ne peuvent pas être à l’heure au travail.

« Le transport en commun est étroitement lié à la santé physique, économique et sociale des communautés, » a déclaré Augustine.

Alors que Metrolinx est présentement en train de planifier et de construire de si nombreux projets de transport en commun majeurs, Augustine a rappelé aux employés des services de transport l’importance de consulter les communautés. 

Elle a expliqué que l’organisation de consultations communautaires tôt dans le processus, et tout au long du projet de construction, est la clé du succès. 

Les choses qu’il reste à faire

Le transport en commun ne constitue qu’une petite partie du discours qu’Augustine a adressé aux employés de Metrolinx. Elle a également focalisé l’attention sur l’importance de s’attaquer aux inégalités raciales, plus particulièrement sur celles que les Noirs et les autres personnes de couleurs affrontent dans le système éducatif. Ceci lui a inspirée la création de la « chaire Jean Augustine pour l’éducation, les communautés et les diasporas » à l’université de York.

Elle a aussi souligné les responsabilités de ceux qui occupent des postes de gestionnaire, en expliquant que les leaders doivent comprendre les problèmes qui affectent les employés, qu’ils doivent faire de la place autour de la table pour entendre différentes voix, et s’engager à prendre des actions pour lutter contre ces inégalités. 

Redonner à la communauté

L’intervention d’Augustine ne constitue que l’une des manifestations organisées par Metrolinx et le groupe-ressource d’employés de l’expérience des employés noirs (BEEAM) pour célébrer le Mois de l’histoire des Noirs.

Le BEEAM a également programmé d’autres conférences avec des intervenants invités à parler d’une grande variété de sujets, de la santé mentale pendant la COVID-19 aux finances ainsi que la gestion de l’argent.

Les employés de Metrolinx font également leur part pour redonner à la communauté. Le BEEAM vend des T-shirts et des masques commémoratifs du Mois de l’histoire des Noirs à leur famille et leurs amis. Les bénéfices sont reversés au Centre CEE pour les jeunes professionnels noirs.

25ème année des célébrations du Mois de l’histoire des Noirs

La première fois que le Mois de l’histoire des Noirs a été célébré au Canada était en 1996. Augustine a souligné qu’elle n’aurait jamais imaginé que dans les années qui suivraient, les conversations et la prise de conscience fassent autant de chemin.

« Je n’avais pas prévu que le Mois de l’histoire des Noirs prendrait cette dimension, célébré par des gens partout à travers le monde avec la participation des gouvernements, des communautés et des grandes compagnies, » a-t-elle déclaré.

Et maintenant, un quart de siècle après la reconnaissance officielle du Mois de l’histoire des Noirs, les employés de Metrolinx prennent à cœur les paroles d’Augustine en consultant les communautés et en construisant des projets de transport en commun qui offriront des connexions vitales.

Article de Tanika Baker, coordonnateur des communications, Metrolinx